vente Autre - Saint Maurice Sur Aveyron 45230 - 6 pièces - 116m2


Autre à vendre, 6 pièces, de 116m2
au prix de 295 400 €,à Saint Maurice Sur Aveyron 45230
Fermette avec dépendances comprenant une habitation principale en pierres, rénovée en partie. Celle-ci se compose d'une pièce principale d'environ 45 m2 avec cuisine ouverte, 2 chambres, un bureau, une salle d'eau avec wc, buanderie/dressing. Elle offre de nombreuses possibilités par l'aménagement de la dépendance attenante de 58m2 (pensée pour devenir une chambre parentale avec salle d'eau et buanderie), et/ou par l'aménagement du grand grenier au-dessus. Vous trouverez également une grande dépendance d'environ 100 m2 attenante à la partie habitation, 2 autres dépendances (anciennes étables, écuries), four à pain, et surtout une maison bourgeoise à restaurer de 76 m2 au sol sur 3 niveaux.
Le tout sur 7.78 hectares de terrain avec bois, mares et puits. Possibilité d'acquérir le bien avec moins de terrain (1.44 hectares, voir référence 2401) ou uniquement la maison bourgeoise et ses dépendances (référence 2402).
Prix
295 400 €
Pièce(s)
6
 
Chambre(s)
3
 
Surface Habitable
116 m²
  • vente autre à Saint Maurice Sur Aveyron 45230, image1
  • vente autre à Saint Maurice Sur Aveyron 45230, image2
  • vente autre à Saint Maurice Sur Aveyron 45230, image3
  • vente autre à Saint Maurice Sur Aveyron 45230, image4
  • vente autre à Saint Maurice Sur Aveyron 45230, image5
  • vente autre à Saint Maurice Sur Aveyron 45230, image6
Proposée par
Voir le numéro de téléphone
Envoyer un message
 
Vue de la rue
Vue sur la carte
DPE
Caractéristiques
Autres annonces sur Saint Maurice Sur Aveyron

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE)

A quoi correspond il ?
Le diagnostique de performance énergétique est réalisé par un professionnel certifié pour déterminer la classe énergétique et le taux d’émission de gaz à effet de serre d’un bien immobilier.
Le diagnostique permet d’évaluer notamment :
1- La qualité de l’isolation en fonction de la construction d’un bien immobilier
2- La performance du système de chauffage et/ou de refroidissement
Il sera matérialisé par une note de A à G en fonction de la consommation d’énergie et de l’émission de gaz à effet de serre du bien immobilier analysé.

Quelles sont les échelles de valeur ?
La consommation énergétique est traduit et exprimé en Kw/m²/an.
Le diagnostiqueur mesure la consommation d’énergie primaire nécessaire pour assurer le confort d’un logement.
Les gaz à effet de serre s’expriment en Kgeq/m²/an.
Ces gaz seront exprimés en fonction des émissions dans l’atmosphère de CO2 générés par les moyens de chauffage ou de refroidissement.

Une obligation légale :
Depuis la publication du décret actuellement en vigueur, tout candidat acquéreur ou loueur doit pouvoir disposer d’un DPE au moment de la signature de son contrat, sous peine de nullité de ce dernier.
Le DPE n’a pour l’heure, qu’une valeur d’information.
Le décret complémentaire publié fin 2010, précise que pour toute annonce immobilière de vente ou de location d’un bien immobilier, il est obligatoire de faire figurer la classe énergétique du logement concerné.

Nouveau DPE, ce qui change :
Depuis le 1er avril 2013, la législation a modifié les méthodes de calculs des DPE pour les rendre plus fiables.
Pour un certains nombres de logements anciens, il est devenu obligatoire de fournir les factures de consommation d’énergie du chauffage.
Dans le cas où aucune facture n’est disponible, seules les caractéristiques techniques du logement et préconisations d’amélioration seront renseignées. Aucune note ne sera alors attribuée. Les étiquettes dans les annonces resteront vierges de toute indication.
Les données prises en compte pour le calcul du DPE passent de 30 à 60. Grâce à cette augmentation, les estimations sont plus précises. Ces nouveaux paramètres intègrent, par exemple, la prise en compte des évolutions en matière d’isolation et d’équipements.
Pour garantir la fiabilité, seuls les logiciels validés par le ministère de l’écologie pourront effectuer les DPE.
En ce qui concerne les DPE réalisés avant le 1er avril 2013, ils resteront valables pour une durée de 10 ans, et pourront être annexés aux actes (baux, compromis, promesses,…)