« Végétaliser » les villes : un enjeu de l’immobilier ?

green economy, leaves growing around an ideaDepuis quelques années déjà, la démarche de végétaliser les villes et les espaces bâtis, connaît une diffusion croissante. Pour les architectes, les promoteurs – constructeurs, les entreprises utilisatrices ou encore les collectivités locales ; il ne s’agit plus simplement de réserver un quota d’espaces verts dans les projets urbains et immobiliers. Il est désormais imaginé des bâtiments entiers sous la forme végétale, voire même des villes végétales.

Une place prépondérante à la nature s’est donc installée dans l’urbanisme moderne. Il faut rappeler qu’il y a encore quelques années, les termes de nature et d’urbanisme étaient complètement opposés.

L’architecte Vincent Callebaut, auteur d’une étude-projet pour la Ville de Paris, a imaginé une capitale faisant la promotion des immeubles de grande hauteur littéralement recouverts de végétation.

Peut être bientôt aurons nous une « smart city » verte ?

Si un urbanisme vert semble un avenir presque certain pour nos grandes villes, il n’en reste pas moins une interrogation ; comment allier respect des conditions vitales de la végétation et les conditions techniques et économique nécessaires à la diffusion du principe d’ « immobilier végétalisé » ?

Selon une étude commandée par la Ville de Paris, il semblerait que trois intérêts à la végétalisation se détachent, tout en permettant l’alliance du respect des conditions vitales de la végétation et des conditions techniques et économiques nécessaires à l’élaboration de l’immobilier végétal.

Premièrement, la végétalisation participe à l’attractivité des villes.

En effet, dans le contexte environnemental préoccupant que nous connaissons tous, notamment en termes de pollution de l’air, la capacité des villes à proposer un nouveau modèle urbain fondé sur une meilleure interaction avec les espaces naturels s’avère de plus en plus déterminante, nécessaire et primordiale.

Il est estimé que 54 % des étudiants pourraient refuser une offre d’emploi dans une ville si l’air y est de très mauvaise qualité. Il en va donc de la durabilité des villes mais aussi de leur attractivité économique auprès des citadins et des jeunes talents.

De plus le verdissement est également un levier d’innovations techniques, puisque de nouvelles interrogations se posent. Comment végétaliser un toit ou une façade de manière écologique, économe et esthétique ? Ces questions fabriquent nécessairement de nouvelles compétences, de nouveaux métiers ce qui aboutit peu à peu à un nouveau marché et donc à une attractivité urbaine.

Ensuite, il est évidement relevé que la végétalisation améliore la qualité de vie en ville.

Quel citadin ne rêve pas de pouvoir bénéficier d’un espace vert, pour profiter d’un cadre de vie meilleur, sinon différent de son quotidien « métro, boulot, dodo » ?

Si la densité urbaine peut dans un premier temps sembler un obstacle à la végétalisation des villes, il n’en est rien puisqu’il faut désormais imaginer, dans un futur relativement très proche, une autre vision que celle du strict square ou jardin. En effet, la végétalisation des villes peut tout à fait prendre une place omniprésente en s’appuyant simplement sur la surface des immeubles et bâtiments.

Enfin, il est également souligné, en faveur de la végétalisation des villes, que cette dernière influe positivement sur l’attractivité des entreprises urbaines.

Il est vrai que la végétalisation  représente une nouvelle manière d’aborder les enjeux du développement durable. Or le lien avec la responsabilité sociale et environnementale, peut s’avérer être un bon vecteur d’économies notamment grâce à des capacités de régulation d’eau et de température.

Par ailleurs, ces dernières années, l’attention s’est beaucoup portée, sur l’aménagement des espaces de travail. Or le verdissement des bâtiments représente une constituante forte de la qualité de ces espaces de travail, et son impact positif sur la performance salariale a amplement été démontré.

Longtemps restées des sujets lointains et un peu obscurs pour les acteurs de la ville et notamment les entreprises, végétalisation et biodiversité sont désormais placées au cœur des débats.

Dans un contexte d’urbanisation accélérée de la planète et de fragmentation des espaces naturels, une pris en compte de la végétalisation des immeubles semble désormais primordiale.

stock-immo.com

Vous appréciez nos articles, n’hésitez pas à visiter notre site et à le partager  en cliquant sur les liens réseaux sociaux en bas de la page d’accueil.