L’immobilier en région « ne se porte finalement pas si mal »

Villes de France-1En voilà une belle nouvelle, un constat objectif. Avec le printemps qui se rapproche c’est un peu comme si le marché immobilier sortait d’une longue hibernation  de type « crise économique ».

Une majorité de professionnel constate une situation certes « compliquée », mais loin d’être « aussi catastrophique », que certain le laisse penser.

Ne nous réjouissons cependant pas trop vite, si le marché immobilier va mieux dans son ensemble, le contexte économique général reste toute de même compliqué. Nous vous l’avons si souvent rappelé la France présente une particularité importante puisqu’elle ne propose pas un unique marché immobilier, mais plutôt une multitude de marchés immobiliers localement très différents.

Là encore, le phénomène de la parcellisation du marché immobilier français se vérifie et une grande séparation s’opère entre la couronne parisienne et les régions.

Si le marché immobilier français reste généralement « compliqué » c’est notamment à cause de la situation économique maussade. Les fermetures d’entreprises et la diminution de la population rurales ces dernières années sont également des facteurs négatifs à la reprise du marché immobilier.

D’autres part, la situation reste également « tendue » pour d’autres raisons. Les acquéreurs sont en position de force depuis la fin d’année dernière, ils en deviennent donc plus exigeants. A cette exigence s’ajoute le fait que l’inversion du rapport de force entre l’offre et la demande joue inévitablement sur le prix de marché.

Si l’on note que les prix ont logiquement diminué, il est agréable de remarquer que le nombre de transactions reste stable, peut être même en légère hausse dans certaines régions dynamiques.

De manière générale, en région, la demande immobilière se situe désormais en dessous des 150 000 euros. Certains biens se négocient même sous les 100 000 euros, ce qui n’arrivait que très rarement il y a encore quelques années.

Il est bon de souligner que les prix de l’immobilier ne devraient plus continuer à chuter du moins pas de manière lourde. En effet, les professionnels s’accordent à dire que le marché immobilier en région a atteint « une certaine cohérence ».

Il subsiste une dernière question : si le marché immobilier des régions « ne se porte globalement pas si mal », selon les différents professionnels de l’immobilier, pourquoi certains biens conservent-ils très longtemps leurs panneaux « à vendre » ?

Là encore il faut admettre que si le marché immobilier s’est plutôt bien auto réguler depuis la fin d’année dernière, il reste néanmoins certaines personnes qui ont du mal à accepter que leur bien ait perdu de la valeur. C’est compréhensible, mais comme ils ne mettent pas leur bien à vendre au juste prix, le marché ne fait pas de miracle.

Il faut enfin souligner que si le marché immobilier des régions « ne se porte pas si mal » c’est aussi grâce à des influences qui lui sont extérieures ; le dispositif fiscal Pinel ainsi que le baisse considérable des taux de financement ; y contribuent en effet  très largement.

stock-immo.com

Vous appréciez nos articles, n’hésitez pas à visiter notre site et à le partager  en cliquant sur les liens réseaux sociaux en bas de la page d’accueil.