Immobilier français : Toujours plus de propriétaires que de locataires

To rent or buy?En France, près de 6 ménages sur 10 sont propriétaires de leur logement selon les chiffres révélés en Mars, par l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE).

Si il est vrai que cet indice n’a cessé de progresser pendant 30 ans et qu’il reste « bon » face à celui de nos voisins européens, il faut tout de même noter que ces dernières années il tend considérablement à stagner.

Depuis 2010 et l’arrivée de la « crise économique » l’indice des français propriétaires de leur logement principal stagne, alors qu’il était en constante augmentation depuis le début des années 1980.

Il est cependant intéressant de relever que la part des propriétaires libérés de tout emprunt a quant à elle largement augmenté. En effet, si aujourd’hui 30 % des propriétaires sont encore tenus par un remboursement, ils sont tout de même plus de 40 % à être totalement libéré d’un financement immobilier. Il est bon de souligner que cette part de propriétaires libérés n’était, en 1980, que de 27 %. Certes cette belle avancée s’explique en partie par le vieillissement de la population, mais également par le raccourcissement de la durée d’engagement pour un crédit immobilier. L’attractivité actuelle du financement immobilier augmente le pouvoir d’achat des candidats à la propriété et les incite à financer leur crédit sur une plus courte durée.

Réciproquement, la part de locataires a quant à elle légèrement diminuée depuis les années 1980. Toutefois, ces dernières années, le même phénomène de stabilisation se démarque également pour l’indice des ménages locataires.

L’année dernière, ils étaient 17 % à louer leur résidence principale dans le parc locatif social, et 22 % dans le parc privé. Des chiffres qui ne bougent plus depuis 1990.

On compte aujourd’hui sur le territoire français, 57,7 % de propriétaires, 39,3 % de locataires et 3 % d’occupants à titre gratuit, soit des personnes hébergées par la famille, ou résidant en logement de fonction …

La pluralité des marchés immobiliers français se révèle encore une fois dans la répartition du nombre de propriétaires et de locataires. En effet, la concentration de logement varie beaucoup d’un territoire à l’autre.

L’extrême concentration des zones économiques en France entraîne des pénuries de logements sur certains secteurs. Ainsi, plus d’un quart  des résidences principales (16 %) se trouvent en région parisienne, contre 22 % sur l’ensemble de la zone rurale en 2014. De manière assez évidente, il est constaté un renversement de ce schéma, en ce qui concerne les résidences secondaires ou occasionnelles. Nettement moins présentes en agglomération parisienne (5 %), les régions reprennent ici le dessus affichant un taux de 44 % de résidences secondaires.

Aujourd’hui, sur 100 logements, 83 sont des résidences principales, 9 sont des résidences secondaires ou occasionnelles et 8 sont des logements vacants.

Enfin, il faut relever que le parc immobilier s’accroît nettement plus vite dans les DOM TOM (+ 3 % en moyenne depuis 30 ans et entre 2 % et 2,5 % par an aujourd’hui) qu’en France métropolitaine (+ 1 % par an depuis 30 ans).

En métropole, il était compté au 1er Janvier 2014, presque 34 millions de logements.

Parmi les acquisitions, les maisons gardent le vent en poupe. Elles représentent plus de la moitié des résidences principales (57 %), et cette tendance tend à se renforcer sur l’ensemble du territoire.

stock-immo.com

Vous appréciez nos articles, n’hésitez pas à visiter notre site et à le partager  en cliquant sur les liens réseaux sociaux en bas de la page d’accueil.