Chute des prix sur le marché de la résidence secondaire

maisons motifEst-ce déjà l’un des premiers effets de la mise en place de la surtaxe dite « week-end » sur les résidences secondaires, qui impact le prix de vente de ces biens à la baisse de 4,3 % en ce début d’année ?

On sait qu’en France il n’existe pas « un » mais bien « des » marchés de l’immobilier, le secteur de la résidence secondaire ne fait pas exception à ce principe, même si on constate néanmoins une baisse des prix généralisée.

Malgré ce que laisse penser certains intitulés, ce ne sont pas des promotions, mais bien la réalité que dicte les marchés régionaux de la résidence secondaire ; baisse de 10 % en Normandie, baisse de 6,5 % en Bretagne et en PACA, chute de  4,4 % en Rhône-Alpes… Ce sont les évolutions constatées ces derniers mois sur le prix du mètre carré.

Le manque de confiance en l’avenir des français est il un autre facteur explicatif de cette importante baisse de prix ? En effet, la résidence secondaire est un plaisir, un confort, un luxe ; il semble légitime que ce soit donc le premier secteur à pâtir du manque de reprise économique.

Il faut souligner que cette importante baisse de prix a pour conséquence directe l’inversion du rapport de force entre vendeurs et acquéreurs. En effet, ce ne sont désormais plus les vendeurs qui fixent unilatéralement le prix mais bien les acheteurs qui sont en position de négociation

Pour exemple, La Baule, station balnéaire de l’Atlantique pourtant très chic et prisée voit le prix de ses villas de charme les pieds dans l’eau s’effondrer de 20 %, lors de la négociation. Sur le marché de la résidence secondaire, la négociation est donc non seulement permise mais de rigueur et à l’avantage incontestable de l’acquéreur.

Il faut noter que les stations de ski s’en sortent mieux que les stations balnéaires, mais dans le secteur de l’immobilier luxueux, les acquéreurs s’y font tout de même plus rares. Pour exemple, à Courchevel, certains biens perdent aujourd’hui jusqu’à 30 % de leur valeur, la durée de mise sur le marché de la transaction immobilière jouant en leur défaveur. Puisqu’il y a plus de vendeurs que d’acheteurs, les biens se vendent moins vite, les acquéreurs potentiels prennent le temps de la négociation, ce qui explique l’inévitable baisse des prix.

De belles opportunités sont donc à saisir pour les personnes en recherche active de résidence secondaire, d’autant que ces opportunités sont encore accentuées par le niveau historiquement bas des taux de financement.

stock-immo.com

Vous appréciez nos articles, n’hésitez pas à visiter notre site et à le partager  en cliquant sur les liens réseaux sociaux en bas de la page d’accueil.